11 entrepreneurs africains qui ont fait prospérer le business familial

Ils ont hérité des entreprises familiales, mais ne se sont pas contentés de gérer l’existant. Bien au contraire, ils ont fait de ces entreprises de véritables conglomérats ou encore de multinationales africaines présents dans plusieurs pays africains et dans le monde et qui ont créé de milliers d’emplois sur le continent. Portraits de ces ambitieux capitaines d’industries à l’appétit entrepreneurial toujours aussi  aiguisé.

 Yvon Kamach, 48 ans, PDG du Groupe Kamach (République centrafricaine)

Il préside aujourd’hui le groupe Kamach, fondé par son père, et qui est le premier employeur privé de République Centrafricaine. Malgré les difficultés que traverse le pays, le groupe Kamach poursuit son expansion à travers quatre pôles : l’exploitation forestière et minière ; l’industrie et les services ; la distribution et l’immobilier.

Yvon Kamach est né en 1972 à Bangui, où son père, Joseph Ichame Kamach, est arrivé 26 ans plus tôt et y a fondé le Groupe Kamach durant son enfance. Yvon Kamach a travaillé dans l’entreprise familiale dès son entrée dans la vie professionnelle, et en occupe la direction générale depuis 2007 et la présidence depuis 2012.

Détenteur d’un Master en management stratégique de la Management Business School of Barcelona en 2010, Yvon Kamach a suivi différents modules en management stratégique HEC Executive Education/Executive MBA à Sup de Co Montpellier en 2014. Il est également  président du Conseil d’administration de la Commercial Bank of Central Africa (CBCA) depuis 2012, et Président de la Commission leadership et gouvernance de la conférence permanente des Chambres de commerce africaines et francophones depuis 2010.

Par ailleurs, Yvon Kamach a été nommé Consul général honoraire de Turquie en République Centrafricaine en 2012. Il a également créé, en 2014, la Fondation Centrafricaine pour la Paix et la Démocratie, dont le think tank Fini Sêse a pour objectif la recherche de nouvelles solutions politiques.

Il occupe également différents sièges au sein d’instances nationales : vice-président de la Chambre de commerce, de l’industrie, des mines et de l’artisanat ; vice-président du Comité national olympique et sportif Centrafricain ; vice-président de la Fédération centrafricaine de Taekwondo.

Osama Daoud Abdellatif, 68 ans, Président du groupe DAL (Soudan)

Le groupe DAL est le plus grand et le plus diversifié conglomérat d’entreprises au Soudan. Le groupe fournit au Soudan la plupart de ses produits de base et, chaque jour, les produits et services du groupe DAL touchent la vie de millions de personnes dans le pays. Après avoir hérité d’une entreprise d’ingénierie et de tracteurs de son père dans les années 1960, Osama Daoud Abdellatif l’a rapidement développée, en faisant le plus grand conglomérat du Soudan, avec un chiffre d’affaires de plus d’un milliard Usd par an.

Le groupe a réellement entamé sa diversification en 1980, lorsque Osama Daoud Abdellatif est arrivé aux commandes de l’entreprise. La croissance du groupe DAL a été accélérée grâce à plusieurs facteurs notamment  une décennie de boom pétrolier au début des années 2000. nous.

DAL Group compte plus de 5500 employés de 26 différentes nationalités , 16 compagnies et couvre 90% du Soudan. Le groupe est présent dans divers secteurs économiques, tels que la production alimentaire, l’ingénierie, la vente au détail, la vente automobile, l’Agriculture, l’énergie, les mines, la santé, l’éducation et l’énergie.

Parmi les entreprises du groupe figurent Dal Motors (distributeur de Mercedes-Benz), Dal Ingénierie, Dal nourritures (farine, les produits laitiers, Pâtes…) ; Dal Agriculture, Dal construction (distributeur de Caterpillar), Sutrac ; Soudanaise Liquide Air, etc. Dal  Group est aussi le distributeur exclusif de Coca-Cola au Soudan.

Le groupe est présent dans sept pays : la Chine, la Malaisie, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, Djibouti, l’Éthiopie et le Royaume-Uni. En outre, DAL group représente trente-huit marques internationales au Soudan, comprenant quelques marques les plus connues au monde, comme Caterpillar, Mitsubishi Motors, Kia Motors, Mercedes-Benz, JVC, Coca-Cola, Unilever et GlaxoSmithKline/

Par ailleurs, dans le cadre de son engagement en faveur de la responsabilité sociale des entreprises, le groupe DAL a mis en place plusieurs initiatives notamment la créationdu Khartoum International Community School (KICS) et la mise en place du « School Milk Program » (SMP) fournissant à 16 000 élèves défavorisés de la grande région de Khartoum des packs quotidiens gratuits de lait.

Les Sawiris, famille de milliardaires (Egypte)

La famille Sawiris, famille la plus riche d’Egypte, est à la tête d’un véritable empire économique en Egypte, fondé par le père Onsi Sawiris. Ce dernier est le fondateur d’Orascom, compagnie de BTP lancée en 1976. Ses trois fils ont développé d’autres branches de la société, faisant d’Orascom un puissant conglomérat. Le père et les fils sont tous milliardaires.

Naguib Sawiris, magnat des télécoms

L’aîné, Naguib Sawiris, a diversifié les activités d’Orascom dans les télécommunications. Il a bâti une fortune dans les télécommunications, en vendant Orascom Telecom en 2011 à la société de télécommunications russe VimpelCom (maintenant Veon) dans le cadre d’une transaction de plusieurs milliards de dollars. En 2012, il a cédé à France Télécom ses dernières parts de la société de télécommunication égyptienne « Mobinil », qu’il avait fondé et qui était le joyau de sa couronne.

Après l’Egypte, Naguib est parti à l’assaut du Mozambique, de l’Irak, du Bangladesh… et même de la Corée du Nord, où il est encore le seul à exploiter un réseau de téléphonie mobile. En effet, Koryolink, entreprise en joint-venture entre Orascom Telecom Holding de Naguib Sawiris et Korea Post and Telecommunications Corporation (KPTC), est le principal fournisseur de téléphonie mobile 3G en Corée du Nord. Koryolink couvre Pyongyang et 5 autres villes, ainsi que les réseaux ferroviaire et autoroutier du pays. Orascom Telecom Holding en détient 75 %, le reste appartenant à KPTC.

Naguib Sawiris est aussi président d’Orascom TMT Investments, qui détient des participations, entre autres, dans un important gestionnaire d’actifs en Égypte et dans une société Internet italienne. La holding familiale La Mancha détient des participations dans Evolution Mining, Endeavour Mining et Golden Star Resources, qui exploitent des mines d’or en Afrique et en Australie.

Naguib Sawiris est l’actionnaire majoritaire d’Euronews. Il a également développé un complexe de luxe à la Grenade appelé Silversands .

Samih Sawiris, champion du tourisme de luxe

Pour sa part, Samih Sawiris dirige les activités touristiques du Groupe. Après avoir étudié en Allemagne, il est devenu président d’Orascom Development, qui construit et exploite des complexes hôteliers en Égypte, au Monténégro et en Suisse. Orascom Development Holding, groupe de tourisme de luxe partenaire du Club Med et de LVMH en Egypte, à Oman ou en Jordanie, est cotée depuis 2008 à la Bourse de Zurich. En janvier 2015, la société a vendu 15% de sa filiale Orascom Hotels & Development à la bourse égyptienne. Samih Sawiris détient également près de 10% du géant de la construction OCI N.V., qui a été fondé par son père, Onsi, et est maintenant dirigé par son frère Nassef..

Nassef Sawiris, la continuité du père

Pour sa part, Nassef Sawiris a divisé Orascom Construction Industries en deux entités en 2015: OCI et Orascom Construction. Il dirige OCI, l’un des plus grands producteurs mondiaux d’engrais azotés, avec des usines au Texas et en Iowa; il se négocie sur la bourse Euronext Amsterdam.

Orascom Construction, une société d’ingénierie et de construction, est cotée à la bourse du Caire et au Nasdaq Dubaï. En 2017, Nassef Sawiris a vendu sa filiale Orascom Cement au cimentier français Lafarge, pour plus 10 milliards Usd et 11,4% du capital de ce dernier. Nassef Sawiris est aussi actionnaire chez Adidas, où il siège également au conseil de surveillance.

La famille Sawiris a également créé une fondation qui soutient de jeunes Egyptiens désireux d’étudier à l’étranger.

 

Ghalib Saïd Mohamed, Président de GSM Group (Tanzanie)

 

 Ghalib Said Mohamed est né et a grandi dans une entreprise familiale prospère qui a été lancée par son père il y a environ 50 ans. Il a été exposé aux affaires dès son plus jeune âge. Son père dirigeait une entreprise florissante de culture d’anacarde et de commerce général. Ghalib et ses frères ont succédé à leur père et ont développé encore plus le groupe, également au-delà des frontières de la Tanzanie et finalement chacun a décidé de poursuivre  ses activités respectives. Actuellement, Ghalib Saïd Mohamed dirige un groupe dont les activités s’étendent sur plusieurs continents avec des opérations en Chine, à Dubaï, en Tanzanie, au Rwanda, en Zambie, au Congo, au Burundi et en Afrique du Sud.

Ghalib Saïd Mohamed a créé un conglomérat diversifié, spécialisé dans le commerce général, le transport, la logistique, les médias, la fabrication, l’immobilier, la vente au détail et les services financiers. Son groupe d’entreprises, représente certaines des marques de renommée internationale en provenance de Chine, de Dubaï et d’Espagne. GSM GROUP emploie actuellement plus de 2000 employés directs et a ainsi créé une multitude d’autres emplois indirects.

 En 2014, Ghalib Saïd Mohamed s’est entouré d’une équipe de professionnels tanzaniens dynamiques et expérimentés pour l’aider à gérer l’entreprise au jour le jour au siège social, alors que lui-même se concentre davantage sur la stratégie et l’expansion.

 

Mwanza Singoma, 46 ans, CEO de Shenimed (RDC)

Singoma Mwanza est issu d’une famille d’entrepreneurs très respectés. Ses parents ont prospéré dans les affaires dans la province du Sud-Kivu (Est de la République démocratique du Congo) , principalement dans le commerce du tabac, en faisant de l’import-export et en construisant une usine à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu, pour fabriquer leurs produits. Leur société Uzabuco – United Zaïre business compagny employait alors 250 personnes et disposaient de plus de 600 hectares de plantation. Ils mettent tout en œuvre pour suivre la production des feuilles de tabac des champs au produit fini. En plus de la production du tabac dans la plaine de la Ruzizi, ses parents se lancent aussi dans le transport maritime et leurs bateaux assurent des traversées sur le lac Kivu.

Mwanza Singoma est le CEO du groupe Shenimed, l’une des plus grandes société de distribution de cigarettes en République démocratique du Congo, active en Afrique centrale et orientale. En 1995, Shenimed, entreprise créée par sa sœur, Shenila Mwanza, a signé un contrat de représentation avec la société Japan Intenational Tobacco (JTI), qui lui donne le droit de vendre ses marques de cigarettes en RDC. Ces cigarettes de la JTI sont fabriqués à Dar-es-Salaam, par la Tanzania Cigarette Company. Le siège de l’entreprise est à Bukavu, dans l’est de la RDC, mais elle dispose de succursales à travers le pays (Kinshasa, Lubumbashi, Aru, Kisangani, Mbuji-Mayi, Butembo et Goma).

Après la « guerre de libération » du Congo a marqué un coup d’arrêt dans les activités de l’entreprise, avant une relance à laquelle a grandement contribué Mwanza Singoma. Ce dernier est le CEO de Shenimed SPRL depuis 2008, après avoir été directeur des ventes de 2001 à 2008. Il a modernisé et restructuré la société pour l’orienter vers la grande distribution.

Il a aussi diversifié les activités du Groupe dans divers secteurs tels que l’agriculture, l’aviation, la logistique, l’agro-industrie et la construction. «J’ai pris des risques dans des coins perdus du Congo, dormi dans des huttes pour tisser le réseau qui fait aujourd’hui la réussite du Shenimed », a-t-il fait savoir lors d’une interview avec Forbes Afrique.

Ainsi, il est aussi actuellement, Président du conseil d’administration de la Société congolaise de distribution d’eau et d’électricité, basée à Goma (Est) ; Directeur de la Compagnie d’élevage et agro-industrie du Congo, basée à Masisi (Est) ; Directeur de l’entreprise de construction Congo real estate CORESTA SARL et Directeur général de la compagnie d’aviation Dakota SPRL.

Mwanza Singoma est également le président, de la branche Nord-Kivu (Est de la RDC), de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), la plus grande organisation du secteur privé avec plus de 400 entreprises dans la province du Nord-Kivu.

Il  est diplômé en génie civil de la Northeastern university à Boston, aux  USA en 1994 et a occupé le poste de trésorier pour la Northeastern African Student Organisation de 1992 à 1994.

En 2018, Mwanza Singoma a été élu député national en RDC, dans la circonscription électorale de Nyirangongo, dans la province du Nord-Kivu. Il siège ainsi à l’Assemblée national du pays, où il a également été élu président du caucus des députés du Nord-Kivu

 

Bassem et Walid Loukil, Groupe Loukil (Tunisie)

Les deux frères dirigent aujourd’hui le Groupe Loukil, fondé en 1976 par leur père, Mohamed LOUKIL. Depuis lors, le Groupe Loukil n’a cessé de se développer pour s’étendre aujourd’hui à des secteurs stratégiques diversifiés, qui vont de l’agriculture à l’industrie lourde en passant par les technologies de l’information et de la communication, les métiers de l’environnement, le commerce international, l’engineering, le consulting, etc.

Le groupe Loukil est composé aujourd’hui de 35 filiales employant plus de 4500 personnes dans différents secteurs : l’industrie, l’automobile, l’agro-industrie, le BTP, le commerce et les services, les TIC et la promotion immobilière. Le Groupe est présent en Tunisie, en Algérie, au Maroc, en Libye, en côte d’Ivoire, au Togo, au Burkina Faso, en Europe, etc. L’entreprise réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 380 millions d’euros.

Le Groupe Loukil est le représentant (exclusif ou partiel) en Tunisie des entreprises françaises Citroën, des japonaises Kubota, Mazda, Panasonic, Mitsubishi et Kawasaki, des italiennes Same et Lombardini, de la turque Cukurova, de l’allemande Deutz, du taïwannais Acer, du sud-coréen Samsung…

Le Groupe Loukil figure aujourd’hui parmi les 5 premiers groupes en Tunisie.

Bassem Loukil, 53 ans, Président Directeur Général du Groupe Loukil.

Titulaire d’un Doctorat en « Industrial Management» , d’un un Bachelor en informatique et d’un MBA en finance, tous obtenus  à la Georgia State University (USA) qu’il a intégrée en 1984, Bassem Loukil est le PDG du Groupe. Il est aussi le Président de « Tunisia Africa Business Council », un conseil d’affaires visant à renforcer la coopération économique entre la Tunisie et les autres pays du continent africain.

Avant de rentrer en Tunisie, il a décidé d’avoir une expérience aux USA et a intégré la multinationale américaine Coca Cola Company. Au sein du géant américain, il est membre de l’équipe en charge du développement dans les pays d’Amérique Latine. Ce qui lui permet de visiter toute cette région, maîtrisant ainsi les économies et les modes de consommation de ces états. En 1992, il rentre en Tunisie et intègre le groupe familial, avec comme objectif de le développer c’est-à- dire le diversifier, à partir de son socle fondé autour de l’agriculture et des machines agricoles, pour l’élargir à la distribution automobile, les TIC, l’industrie et le commerce international. Bassem Loukil souhaite également également développer le Groupe au-delà des frontières de la Tunisie pour l’installer dans les autres pays du Maghreb et en Afrique subsaharienne. Ce qu’il a réussi à faire notamment sur deux pays : la Lybie (de 1993 à ce jour) et l’Irak (programme pétrole contre nourriture des Nations Unies de 1993 à 2003).

Bassem Loukil occupe alors différentes fonctions au sein du groupe, dont la direction de développement, où il introduit les activités informatiques et télécoms (en partenariat avec Samsung, Acer, Alcatel) mais aussi les activités automobiles (Mazda en 1993 et Citroën en 2006).

Depuis 1998, Bassem Loukil est le Directeur Général du Groupe Loukil. Parmi ses réalisations : la création du plus grand réseau de vente de téléphonie mobile Fono, l’acquisition de GIF Filter, leader Tunisien des filtres, l’acquisition des AMS, leader Tunisien dans le domaine de la robinetterie, ainsi que l’obtention de la carte de distribution de Mazda, Renault Trucks et Citroën, acquise en 2006 avec une part de marché de %1.3 et qu’il a réussi à placer sur la première marche du podium du marché automobile Tunisien avec %12.8 de part de marché en 2014. Ainsi, la Tunisie, est devenue le seul pays au monde où Citroën est classée première des ventes (et cela pour la 3 ème année consécutive).

Walid Loukil, le stratège de l’internationalisation du Groupe

Walid Loukil, DGA, Groupe Loukil

 

Walid Loukil est le Directeur général adjoint du Groupe. Il est, entre autres, en charge de l’internationalisation du Groupe, notamment sur le continent africain. Il a intégré l’entreprise familiale en 1996, à l’âge de 20 ans, comme directeur centrale de la branche du groupe Loukil dédié à l’informatique. La a filiale représentait notamment l’entreprise Siemens en Tunisie. Diplômé en expertise comptable de l’institut supérieur de gestion de Tunis, Walid Loukil va rapidement gravir les échelons. En 2001, Il passe de directeur central à co-gérant. Entre 2002 et 2003, il évolue dans le département international du groupe, où il a notamment la charge de développer le marché de la holding en Libye, via le suivi des appels d’offres et des marchés étatiques. Par la suite, il est promu  directeur général adjoint du groupe, en charge du développement international.

A partir de 2006, quand groupe Loukil se tourne vers l’Afrique subsaharienne, à la recherche de nouveaux relais de croissance, Walid Loukil est à la manœuvre. Walid Loukil va développer et consolider les positions du groupe en Afrique du Nord et va attaquer avec succès le marché Ouest africain. Le groupe s’installe ainsi en Algérie, au Maroc, en Mauritanie, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

En 2016, Walid Loukil a été classé parmi les 100 jeunes leaders économiques de l’Afrique de demain par l’institut Choiseul.

Alhaji Tajudeen Aminu Dantata, 55 ans, Directeur général du groupe Dantata (Nigeria)

Héritier d’une longue dynastie d’hommes d’affaires de Kano, dans le nord du Nigeria, Alhaji Tajudeen Aminu Dantata, né en 1965, est le fils d’Alhaji Aminu Dantata et le petit-fils de Alhaji Alhassan Dantata, homme d’affaires nigérian (arrière grand-père d’Aliko Dangote), et qui était l’homme le plus riche d’Afrique de l’Ouest au moment de sa mort.

Alhaji Tajudeen Dantata a fréquenté le Saint Thomas Secondary School Kano, le Victoria College à Alexandrie en Égypte et le Manaret College à Jeddah, en Arabie saoudite avant de fréquenter l’université de West London, où il a obtenu un B.Sc en études commerciales en 1988. Il a commencé sa carrière dans le groupe Dantata en tant que directeur de groupe en 1988 et a été nommé directeur général du groupe en 1994. Il a occupé ce poste depuis lors, consolidant le groupe à ce qu’il est aujourd’hui : un conglomérat d’entreprises prospères. Alhaji Dantata est actuellement président de TAMIDAN Group Nigeria Ltd, la société mère de Dantata Foods & Allied Products Ltd (DFAP).

En tant que directeur général du groupe de Dantata Organisation, Alhaji Tajudeen Dantata a accumulé une riche expérience pendant plus d’une décennie dans divers secteurs de l’économie, notamment l’exploration pétrolière, la fabrication, les services bancaires et financiers, l’importation et l’exportation, l’agriculture  et le commerce des produits de base.

Parmi les sociétés qu’il dirige figurent notamment Express Petroleum and Gas Company, Northern Nigeria Flour Mills, Nigeria Sugar Products Ltd. ou encore Fertilizer Processing Company Ltd. Le groupe est également présent dans le BTP à travers Dantata & Sawoe, qui emploie  de milliers de personnes sur ses chantiers. Le groupe détient également un grand nombre de participations dans le capital d’entreprises de production d’électricité ou de ciment, ainsi que dans le transport aérien.

Ainsi, Alhaji Tajudeen a également représenté les intérêts du groupe dans plusieurs sociétés nigérianes dont Electric Meter Company of Nigeria (EMCON) dont il est le président et d’autres comme Virgin Nigeria Airways, Mentholatum Nigeria Limited , Cement Company of Northern Nigeria et NAL Bank Plc dont il est administrateur. Il a également été nommé président du conseil d’administration de Starcomms, un important fournisseur de télécommunications CDMA et il est actuellement président du conseil d’administration de Kano Electricity Distribution Company (KEDCO).

En tant que membre nommé par le gouvernement, il a occupé divers postes, notamment celui de président du Conseil du tourisme de l’État de Kano et de président de la Kano State Housing Corporation. Il est membre du conseil d’administration de l’American University of Nigeria (AUN). Il a suivi divers cours au Nigéria et à l’étranger, dont l’un est le Petroleum Technology and Operations Overview (1992), à Houston, Texas, États-Unis.

Mohammed Dewji, 44 ans, CEO de Mohammed Entreprises Tanzanian Limited (Tanzanie)

CEO de Mohammed Entreprises Tanzanian Limited (MeTL), la compagnie familiale créée par son père dans les années 70, il en a pris la direction dès son retour des USA, où il a obtenu un diplôme de Commerce international et Finances à l’université  Georgetown, régulièrement classée parmi les quinze premières universités des États-Unis.

Mohammed Dewji a fait de la petite entreprise familiale, au départ spécialisée dans l’import-export, une multinationale et la plus grande entreprise de Tanzanie avec un chiffre d’affaires (CA) de plus de 1,5 milliard de dollars. MeLT est devenu un conglomérat comptant plusieurs entreprises dans les secteurs du textile, de l’immobilier, de l’énergie, du transport, des technologies de l’information, de l’agriculture, des infrastructures, de l’import-export et de la production de différents produits : boissons, détergents, huiles et savons, vélos, thés, coton, etc. MeTL emploie plus de 24 000 personnes et est implanté dans 12 pays d’Afrique : Ouganda, Éthiopie, Kenya, Soudan du Sud, Rwanda, Burundi, Zambie, Mozambique, Malawi, Dubaï, RD Congo et Tanzanie.

Le chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dollars du groupe de sociétés représente un peu plus de 3,5% du PIB de la Tanzanie et le groupe emploie 5% du secteur formel de l’emploi.. MeTL Group soutient plusieurs causes à travers la fondation Mo Dewji. Au cours des cinq dernières années, l’entreprise a investi plus de 3 millions de dollars pour développer des écoles, soutenir l’éducation et améliorer les soins de santé.

Mohammed Dewji a été élu député en 2005. Il a siégé au Parlement tanzanien pendant 10 ans avant de démissionner en 2015.

Patrick Ndungidi

  

https://africanshapers.com

 

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.

Visiter le Développeur
63 Partages
Tweetez
Partagez63
Partagez