Cameroun:Pourquoi la Montée de la Haine chez les Jeunes

LE NDEM QUE NOUS LAISSONS EN HERITAGE À NOS ENFANTS.

Quand vous marchez avec nombre de jeunes aujourd’hui, vous rendez compte que la première cause de leurs échecs se situe au niveau de leur état d’esprit.

On a de nombreux jeunes extrêmement talentueux. Des jeunes capables de concevoir des idées de génie. Mais beaucoup n’arrivent pas à se transcender. Ils sont pour la plupart apathiques, fainéants, blasés, imbus et surtout aigris.

Mais en réalité ce n’est pas vraiment de leur faute. La faute est à leur héritage spirituel. Le Cameroun a formé de grands intellectuels dans ce continent, des hommes et femmes aux bagages intellectuels et culturels impressionnant. C’est pour cela que quelque soit l’endroit où vous irez vous trouverez toujours un Camerounais qui émerge.

Malheureusement cela ne sert aucunement le pays ! Et on se demande toujours pourquoi ! Hey Bien ! C’est simple ! L’HOMME CAMEROUNAIS EST DE PLUS EN PLUS SPIRITUELLEMENT VIDE.

Plus le temps passe plus il est comme une photocopie de la photocopie de la photocopie. Sa spiritualité s’efface au lieu de s’enrichir et de muter.

L’environnement typiquement Camerounais est néfaste pour l’épanouissement du génie. Que ce soit au Cameroun ou à l’étranger. Quand vous marchez avec des camerounais, vous êtes comme dans un pièce sombre avec une atmosphère pesante. Chaque pas est un risque, chaque bruit fait frémir et toute petite lumière est suspicieuse.

Chez nous le génie est incompris, jugé, stigmatisé, combattu. Les moins forts baissent la tête et s’alignent et disparaissent dans la mêlée inodore, incolore et sans saveur du temps. Les plus forts sont obligés de braver la masse et de devenir des marginaux rejetés par la foule et parfois s’exilent dans leur propre orgueil.

Mais ces mêmes génies qu’on combat, qu’on détruit chez nous quand ils sont ailleurs brillent de mille feux. C’est donc une question d’environnement.

Ceci se construit chez le camerounais depuis la tendre enfance. Les parents ne transmettent pas la joie, l’amour, l’audace, le rêve. NON ! chez nous on transmet les haines familiales, les conflits de générations, les combats d’egos.

Regardez la façon dont les parents se comportent devant les enfants. Dans les villages la sorcellerie règne, les familles se suspectent, tu n’as pas le droit de manger chez ta tante de peur qu’elle te fasse du mal. Ta mère ne parle pas avec sa sœur, on t’interdit de parler à ta tante. Ton père est en conflit avec ses parents, on t’interdit de voir tes grands-parents.

Résultats l’enfant n’a qu’une image négative de son entourage, de sa famille et de son village. Cette image négative de son environnement va lui développer l’envie de partir. Surtout que s’il était parti chez un de ses oncles en ville et y a découvert un environnement différent où personne n’a son temps, il va simplement rêvé d’y vivre. Au moins dilué dans la mêlée urbaine il sera quelconque et protégé par l’anonymat. Il pourra ainsi vivre sans se soucier de toutes ces intrigues.

Cette même image vous pouvez la transposer en ville avec tous ces enfants qui naissent dans nos villes et vivent les conflits urbains. La politique, le tribalisme, les difficultés de vie de leurs parents, etc…

Chaque jour on nourrit l’enfant à l’heure du dîner des histoires de haines, des combats politiques, des postures tribales, etc…

Cette haine semble banale quand on est enfant. On est insouciant et on s’amuse et on ne perçoit pas les différences. Mais plus on grandit plus cette haine s’enrichit de nos proches échecs, désillusion, désespoir. Quand on entre à l’âge adulte et qu’on se prend de plein fouet les difficultés des responsabilités, c’est là que cette haine se libère plus facile. Elle façonne nos préjugés et construit nos murs vis à vis des Autres.

Si vous voulez comprendre ce principe, imaginez que dans votre enfance vous soyez habitué à voir toutes les couleurs, mais qu’avez le temps on commence à réduire votre capacité à voir les couleurs jusqu’à ne garder que le NOIR ou le BLANC. Verrez vous toujours le monde avec la même grâce ? Pourrez vous apprécier la beauté des choses comme il faut ? Cette réduction ne va-t-elle pas affecter vos capacités humaines ?!

Il donc impératif que nous soyons des parents conscients car ce que nous transmettons à nos enfants est exactement ce qui va les détruire ou les bâtir.

Laissons nos enfants faire l’expérience de leurs propres échecs, leurs propres désillusions. Ne leurs transmettons pas nos combats, nos haines, notre Tribalisme. Ne leurs transmettons pas nos aigreurs, nos préjugés, nos échecs.

Bien-sûr cela ne veut pas dire que nous devons éloigner nos enfants des réalités. NON ! Nous pouvons protéger nos enfants tout en préservant leur innocence de nos propres conflits et souffrances.

Ne tuons pas le génie, les rêves, les espoirs d’humanités de nos enfants. Car c’est la société que nous condamnons ainsi.

LA HAINE QUE NOUS DONNONS EN HÉRITAGE EST ELLE QUI DÉTRUIT LE GÉNIE DE NOS ENFANTS DEMAIN.

Man Mbai Likol

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.

Visiter le Développeur
60 Partages
Tweetez
Partagez60
Partagez