Global Teacher Prize : 5 Enseignant(E)S Africain(E)S Parmi Les Nominé(E)S De L’édition 2020

Ces 5 personnalités font partie des 50 sélectionnés de cette année parmi plus de 12000 nominations et candidatures de plus de 140 pays à travers le monde.

Sur les 50 sélectionnés, dix enseignants finalistes seront retenus et le gagnant sera choisi en juin 2020,choisi par la Global Teacher Prize Academy. Les dix finalistes seront invités à Londres pour la cérémonie de remise des prix au Natural History Museum le lundi 12 octobre 2020, où le gagnant sera annoncé en direct sur scène.

Le Global Teacher Prize est un prix d’un million de dollars américains décerné chaque année à un enseignant exceptionnel qui a apporté une contribution exceptionnelle à sa profession. Le Prix est décerné par la Fondation Varkey sous le patronage de Son Altesse le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, vice-président et Premier ministre des Émirats arabes unis et aussi Émir de Dubaï.

L’édition 2019 avait été remporté par le kényan Peter Mokaya Tabichi, professeur de sciences au Kenya et frère franciscain à l’école secondaire mixte Keriko de Pwani, dans le comté de Nakuru.

Ci-dessous les nominés africains de cette année :

Linah Anyango (Kenya),Changamwe secondary school, Mombasa.

Au départ, explique-t-on,Linah Anyango ne voulait pas être enseignante, mais a appris à aimer la profession avec le temps et l’expérience. Elle a d’abord poursuivi des études en éducation parce que c’était ce que ses parents pouvaient se permettre de payer. Au cours de ses cinq premières années dans la profession d’enseignante, elle n’a pas eu l’impression de réussir ou de s’amuser, car l’enseignement était l’un des emplois les moins bien payés du Kenya.

Cependant, ses idées sur l’enseignement ont changé lorsqu’elle a été envoyée dans une école secondaire,où les élèves étaient marginalisés et avaient une très faible estime de soi. Les garçons étaient dans la consommation des drogues et étaient membres de gangs, tandis qu’un certain nombre de filles étaient surchargées de tâches ménagères et étaient également victimes d’exploitation sexuelle. Ces facteurs ont contribué à des taux d’absentéisme et d’abandon élevés, en particulier chez les filles. Les parents ne voulaient pas emmener leurs enfants à l’école, et il y avait aussi un stéréotype selon lequel les élèves de cette école ne pouvaient pas faire grand-chose dans la vie parce qu’ils venaient de familles pauvres. Cependant, Linah Anyango a commencé à sympathiser avec ces élèves et a décidé d’utiliser son rôle d’enseignante pour avoir un impact positif sur leur vie.

Étant donné que les filles obtenaient de mauvais résultats en sciences, Linah Anyango a lancé le club Girls in STEM pour les inciter à suivre des cours et des carrières STEM après le lycée. Pour entrer en contact avec ses élèves de manière plus générale, elle a également créé un club de musique culturelle, qui leur a permis de s’ouvrir, de partager et d’apprécier les cultures des autres. Cela a renforcé l’estime de soi de nombreux élèves, les aidant à croire en eux-mêmes et, par conséquent, a réduit l’absentéisme.

Au fil du temps, Linah Anyango est passée de l’amélioration des notes au développement des connaissances, des compétences, des valeurs et des attitudes qui aideraient les élèves à s’épanouir dans la vie après l’école. La technologie est devenue une partie intégrante des cours, car elle a stimulé l’engagement, aidé les élèves à devenir de meilleurs résolveurs de problèmes et amélioré leurs compétences en communication. L’école de Linah Anyango a ensuite présenté deux équipes de filles au concours de la foire national des sciences. Une équipe a été sélectionnée pour représenter le pays à la foire ESKOM en Afrique du Sud, où elles ont présenté leur travail au président kényan Uhuru Kenyatta. Après avoir formé et coaché ​​plus de 200 enseignants des écoles voisines sur les TIC, Microsoft a récemment sélectionné Linah Anyango comme experte et formatrice Microsoft Educator.

Avec les fonds du Global Teacher Prize, Linah Anyango mettrait en place des pôles d’innovation SHTEAM (sciences, sciences humaines, technologie, ingénierie, arts et mathématiques) dans huit régions du Kenya, où les étudiants seraient encadrés pour convertir leurs idées en projets susceptibles de résoudre des problèmes réels. Elle aspire également à créer des laboratoires mobiles qui aideront plus d’écoles à avoir des cours pratiques au moins une fois par semaine.

Trust Mutekwa est enseignant spécialisé pour les enfants malvoyants à l’école spéciale St. Giles de Harare, au Zimbabwe. Il est enseignant depuis 19 ans et travaille depuis 11 ans avec des enfants handicapés.

La contribution exceptionnelle de Trust Mutekwa à la profession d’enseignant, explique-t-on, réside dans l’efficacité de ses méthodes d’enseignement des compétences informatiques aux élèves malvoyants. Il a d’abord enseigné aux élèves à jouer d’un instrument à clavier musical traditionnel appelé le Mbira. Cette étude préparatoire lui a permis d’introduire plus tard des fonctionnalités clés sur le clavier de l’ordinateur sans l’ennui ni la frustration habituels. Les étudiants développent initialement la vitesse de frappe en se faisant concurrence entre eux, et la maîtrise du clavier qui en résulte a servi de passerelle vers des compétences informatiques plus générales – les étudiants de Trust Mutekwa peuvent finalement résoudre des problèmes informatiques que d’autres enseignants ne peuvent pas résoudre. Ils se développent également socialement pour devenir confiants et indépendants, malgré les défis évidents posés par les déficiences.

L’activité de Trust Mutekwa ne se limite pas à l’école,le Département des besoins spéciaux du ministère de l’enseignement primaire et secondaire du Zimbabwe lui offre régulièrement une plate-forme pour présenter son approche dans le cadre d’ateliers et de conférences pour les enseignants; et il va souvent à la télévision et à la radio locale pour faire connaître les problèmes des élèves avec handicap. Il est également professeur dans une école d’infirmières pour leurs cours sur le travail avec les aveugles et a un projet en cours pour acquérir des ordinateurs, des cannes blanches et des fauteuils roulants indispensables pour les personnes handicapées.

Depuis 2016, l’enseignement de Trust Mutekwa a permis à quatre de ses élèves du primaire d’intégrer le lycée de leur choix – et parmi ses anciens élèves, il y a six diplômés universitaires et six étudiants de premier cycle dans diverses universités. Ses étudiants en musique se sont aussi produit au Festival mondial des enfants à Washington DC en juillet 2015.

Avec les fonds du Global Teacher Prize, Trust Mutekwa compte mettre de l’argent de côté chaque année pour développer des projets dans le domaine de la garde après l’école, des clubs d’arts du spectacle, des solutions vertes, de l’entrepreneuriat et du développement des talents. Il utiliserait également les fonds pour assister à des conférences internationales et voyager dans au moins un pays d’Afrique (ou plus loin) par an pour partager des idées et des expériences avec d’autres écoles ou institutions. Enfin, il continuera de soutenir le Special Arts Arts Festival qu’il a fondé pour apporter des compétences artistiques aux écoles spéciales de tout le pays.

Soeur Rosemary Nyirumbe (Ouganda),St. Monica Girls Training Center, Gulu

Sister Rosemary Nyirumbe

un cadre difficile pour tout enseignant. Les troubles politiques dans le pays,explique-t-on, ont créé de nombreux obstacles, non seulement pour l’éducation mais aussi pour la vie ordinaire. En conséquence, le principal objectif de Rosemary a été de responsabiliser les jeunes femmes et leurs enfants dont la scolarité a été interrompue en raison de l’enlèvement par des combattants rebelles. Lorsqu’elle a commencé à enseigner au centre de formation pour filles de St Monica en 2002, elle a d’abord pris le temps de se renseigner sur les compétences et les connaissances qui aideraient pratiquement les jeunes femmes de la région. Depuis lors, elle a inscrit plus de 2000 femmes âgées de 15 à 20 ans dans son école professionnelle pour acquérir des compétences commerciales, des études de secrétariat, de la couture et de la restauration. Ces compétences aident toutes ses étudiants à devenir économiquement autonomes – une forme d’indépendance extrêmement importante – et beaucoup de ses diplômés ont par la suite, trouvé un bon emploi dans l’industrie hôtelière haut de gamme.

Au cours de la dernière décennie, Rosemary Nyirumbe a fait preuve d’ingéniosité constante dans la création de projets qui profitent à la fois à l’école et à ses élèves. Elle a ouvert un restaurant sur le campus pour enseigner les techniques de restauration,tout en générant des revenus supplémentaires pour l’école. La Sewing Hope Foundation est une organisation à but non lucratif qu’elle a fondée pour réhabiliter les enfants soldats de la guerre civile, dans le but de changer l’état d’esprit des personnes qui ont vécu des conflits et de les transformer en artisans de paix grâce à l’éducation. Elle a également créé un jardin d’enfants pour les enfants de ses élèves,qui a commencé sous forme d’un espace sous un arbre et qui est maintenant situé dans un nouveau bâtiment pouvant accueillir 250 personnes. D’autres innovations ont consisté à construire des maisons et des infrastructures à partir de bouteilles en plastique restantes et à fabriquer des porte-monnaie avec ses élèves – qui sont maintenant vendus dans le monde entier pour aider à soutenir les autres programmes.

Rosemary Nyirumbe a été classée parmi les 100 personnes les plus influentes du magazine Time en 2014 pour le travail qu’elle a accompli sur l’autonomisation des femmes et des enfants en Ouganda. Elle a voyagé à travers le monde pour expliquer son approche et a obtenu quatre doctorats honorifiques, tout en poursuivant son propre cursus de doctorat en éducation structurelle et en leadership. Elle a également contribué aux panels du Forum économique mondial, établi des partenariats avec les universités de Notre Dame et de l’Oklahoma State, et remporté le prix CNN Heroes 2007.

Si Rosemary Nyirume remporte le Global Teacher Prize, elle utilisera l’argent du prix pour construire des bibliothèques dans toutes ses écoles et soutenir les élèves qui n’ont pas les moyens d’acheter du matériel d’apprentissage. Plus ambitieusement, Rosemary utiliserait une partie des fonds pour son projet actuel de construction d’un collège agricole, ce qui stimulera la production de cultures pour soutenir l’école et augmenter ses revenus.

Olasunkanmi Opeifa (Nigeria),Government Day Secondary School Karu, Abuja

Olasunkanmi Opeifa, fait-on savoir, a décidé qu’il allait devenir enseignant à l’âge de huit ans, et n’a jamais hésité dans son choix – malgré le faible statut des enseignants au Nigeria. Pendant qu’il était étudiant à l’université d’État de Lagos, il s’est porté volontaire pour être enseignant dans un centre de tutorat gratuit qui a préparé des étudiants défavorisés pour les examens du secondaire et l’entrée à l’université. Après ses études, il a servi pendant un an dans une partie très reculée du pays, Koma, Adamawa, en tant que seul professeur d’anglais dans une école de village de plus de 200 élèves. Là, il a aidé à construire la toute première bibliothèque de l’école.

En 2012, Olasunkanmi Opeifa a déménagé à Karu, une école secondaire publique,située dans une zone semi-rurale d’Abuja, et qui accueille des enfants de parents à faible revenu dans la fonction publique, des commerçants du marché et des artisans. Les élèves n’ont souvent pas les moyens d’acheter des manuels ou de payer les frais de scolarité fortement subventionnés. Avec plus de cinquante élèves par classe, il a enseigné l’anglais aux enfants qui avaient de faibles capacités d’écriture, un certain degré de troubles de lecture et confrontés à une relative pauvreté.

Olasunkanmi Opeifa a changé la situation en utilisant le ludo-éducatif dans son enseignement, l’apprentissage basé sur le plaisir, les vidéos en ligne et le modèle Flip Classroom. Il a également publié un livre sur l’apprentissage de l’anglais afin de toucher plus d’étudiants au-delà de sa communauté et a introduit des tutoriels gratuits le week-end afin de couvrir le programme avec eux. Grâce à cette approche, les résultats des examens se sont considérablement améliorés et de nombreux étudiants ont atteint la référence d’admission à l’université. En 2018, Olasunkanmi Opeifa a reçu le prix de l’enseignant de l’année de Maltina (meilleur enseignant au Nigeria) et, en 2019, son école figurait parmi les dix meilleures écoles du pays dans le cadre du Global Diamond Challenge. Grâce à l’obtention du prix de l’enseignant de l’année, l’école a pu construire un bloc de six salles de classe avec une bibliothèque bien garnie, lutter contre la surpopulation dans les salles de classe et augmenter considérablement les capacités des élèves de l’école.

Si Olasunkanmi remportait le Global Teacher Prize 2020, il utiliserait les fonds pour un certain nombre de projets: un programme de bourses pour les défavorisés, la construction de bibliothèques dans certaines des communautés rurales environnantes et la création d’un K-12(école allant de la maternelle à la 6ème année secondaire) entièrement numérisé. -école à but lucratif dans sa propre communauté.

Mokhudu Machaba (Afrique du Sud),Ngwanamago Primary School, Polokwane, Limpopo.

Mokhudu Machaba, explique-t-on, a été confrontée à de nombreux défis durant son enfance et pendant sa propre éducation. Son école était situé à sept ou huit kilomètres de chez elle, et pour y arriver, il fallait traverser une rivière; elle n’avait souvent pas de chaussures et utilisait un sac de riz comme sac d’école. À l’école, les élèves étaient assis par terre, écrivant sur de l’ardoise ou sur le sol à l’extérieur. Elle est tombée enceinte à l’âge de 15 ans et a dû prendre une année de congé scolaire. L’année suivante, avec l’aide de sa mère, Mokhudu Machaba est retournée à l’école et a excellé dans ses examens, devenant la meilleure élève de ses deux classes. Cependant, en raison d’un manque de soutien financier, elle a également dû occuper divers emplois pour subvenir à ses besoins. Entreprendre des travaux domestiques à l’âge de 19 ans pour financer ses études a persuadé ses parents à quel point elle était sérieuse, et finalement elle a pu aller dans un collège technique pour étudier la garde d’enfants,puis a intégré le Soweto College of Education, où elle a obtenu un diplôme d’enseignement.

Il a fallu cinq ans à Mokhudu Machaba pour trouver un emploi en tant qu’enseignante, car l’Afrique du Sud comptait à l’époque de nombreux enseignants qualifiés à la recherche d’un emploi. En tant qu’aînée de la famille capable de travailler, elle devait prendre soin de ses frères et sœurs en travaillant comme vendeuse ambulante. Lorsqu’elle a finalement obtenu un poste d’enseignante, l’école était située à 75 kilomètres du domicile de la famille. Et lorsque Mokhudu Machaba a finalement pu se déplacer et vivre près de l’école, le temps et l’argent qu’elle a économisés lui ont permis d’être productive pour la première fois.

Alors que Mokhudu Machaba s’est formée elle-même sans grande aide technologique, elle a veillé à faire le contraire pour ses propres élèves. Après avoir commencé par l’utilisation d’un seul téléphone portable pour accéder à Internet en classe, elle a obtenu des ordinateurs portables des ISPA Super Teacher Awards, de Microsoft et du gouvernement sud-africain, le tout en présentant les activités de ses élèves. Elle a aussi amené ses élèves à la semaine du codage en utilisant le jeu Minecraft comme introduction, et les étudiants ont également commencé à échanger avec des apprenants d’autres pays via la plate-forme Microsoft Educator et les mystery Skypes.

En 2009, Mokhudu Machaba a été finaliste du prix ISPA Super Teacher pour l’intégration des TIC en classe. En 2015, elle a été lauréate provinciale du Prix national de l’enseignement (catégorie Enseignement amélioré par la technologie), et elle a également été reconnue comme l’une des 50 femmes inspirantes en technologie pour l’Afrique du Sud. Si elle remporte le Global Teacher Prize, elle cherchera à développer un centre où les jeunes pourront acquérir des compétences entrepreneuriales et dans la robotique – rattraper leurs pairs du monde entier et devenir des citoyens du monde.

Patrick Ndungidi 

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.

Visiter le Développeur
34 Partages
Tweetez
Partagez34
Partagez