Sur la liste 2020, publié le 25 octobre figure notamment la duchesse de Sussex, Meghan Markle. Parmi les nouveaux entrants, on compte Adwoa Aboah, modèle et activiste, classée dans la catégorie arts, mode et design, et le footballeur anglais Raheem Sterling, classé dans la section sport et qui est célébré pour son travail dans la lutte contre le racisme.

The Powerlist est une liste annuelle, publiée pour la première fois en 2007 dans le but de fournir des role models professionnels aux jeunes d’origine africaine et afro-caribéenne.Seuls les 10 premiers noms sont classés.

Le Power List célèbre 100 personnalités britanniques d’origine africaine ou afro-caribéenne dans les secteurs des affaires, de la science, de la technologie et des arts. La liste est établie par un jury présidé par Dame Linda Dobbs, juge à la Cour suprême à la retraite et qui a été la première juge noir de la Haute Cour de Grande-Bretagne.

Ci-dessous, le Top 10 de la liste (Biographies fournie par les responsables du Power List)

  1. Ismail Ahmed (Somaliland): Fondateur et président de World Remit

Ismail Ahmed a 20 ans d’expérience dans le transfert d’argent, avant la création de WorldRemit. L’entreprise technologique compte désormais parmi les plus grandes entreprises mondiales du secteur, avec plus de 4 millions d’utilisateurs.

Fondé en 2010, WorldRemit a révolutionné numériquement l’envoi d’argent, en particulier en Afrique. Il a permis aux personnes, même celles des régions isolées du continent, de recevoir de l’argent directement sur leur téléphone portable.

Évalué en décembre 2018 à 900 millions de dollars, la société a réalisé un investissement de plus de 375 millions de dollars et a vu son effectif mondial passer à 600 employés. Il opère maintenant dans 150 pays.

Depuis octobre 2018, Ismail Ahmed assume le rôle de président et a confié le rôle de CEO à l’ancien PDG de Paddy Power, Breon Corcoran. La société devrait être lancée en bourse dans les deux prochaines années.

Work and Careers – How To Lead – Ismail Ahmed, founder and CEO of WorldRemit is photographed at WorldRemit offices in London on May 15, 2018.

Avec un chiffre d’affaires de 95 millions de livres sterling par an, WorldRemit prévoit de continuer à croître pour occuper une part plus importante du marché des envois de fonds, estimé à 700 milliards de dollars par an. WorldRemit est désormais autorisé à travailler dans 50 États américains. New York a dépassé le Royaume-Uni pour devenir son principal marché d’envoi.

La société a été créée pour simplifier et réduire les  frais d’envoi d’argent à la famille et aux amis dans les pays d’origine. Accel Partners, l’un des premiers investisseurs dans les startups technologiques mondiales, telles que Facebook, Spotify et Dropbox, est l’un de ses investisseurs.

Ismail Ahmed, qui est né au Somaliland, a été contraint de fuir le pays en 1988 lorsque la guerre a éclaté. Il est arrivéau Royaume-Uni, un mois plus tard. Ayant grandi au Somaliland avant la guerre, il a constaté à quel point les envois de fonds étaient précieux pour sa famille. Bien que le processus de transfert ait été long et coûteux, l’argent envoyé par des membres de la famille travaillant au Moyen-Orient a aidé sa famille à rentrer chez elle.

Ismail Ahmed est un ancien conseiller à la conformité de l’ONU. Après avoir suivi un programme de MBA pour cadres à la London Business School, il a suivi une formation professionnelle en affaires. Il ensuite étudié les envois de fonds avant d’aller travailler pour la Banque mondiale.

Ismail Ahmed a publié de nombreuses recherches sur les effets des envois de fonds au Somaliland à la suite de la guerre civile dans le pays. Il est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat de l’Université de Londres et d’un Executive MBA de la London Business School.

2 Pat McGrath, MBE – Make-up artist et fondatrice de Pat McGrath Labs

Photo by Evan Agostini/Getty Images

Pat McGrath a été salué par le magazine Vogue USA comme « la maquilleuse la plus influente au monde ». Sa marque de maquillage, Pat McGrath Labs, est évaluée à 1 milliard de dollars. En 2019, elle faisait partie des 100 personnalités les plus influentes du magazine TIME aux côtés de Michelle Obama et du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

Beverly Johnson, saluée comme le premier mannequin noir au monde, a décrit Pat McGrath comme une « légende » et un « génie créatif », déclarant dans TIME: « Quand j’ai commencé à évoluer dans la mode, il n’y avait pas de maquilleur noir. C’était un défi de paraître au mieux de nous-mêmes. Pat McGrath nous permet d’être vu. Son maquillage n’est pas simplement beau, mais ses couleurs vives et audacieuses font toute la différence. On n’a généralement pas cela avec des maquilleurs de renommée mondiale ».

La célèbre gamme Pat McGrath Labs a été lancée à Selfridges en avril 2019. Considéré comme le Best selle de la beauté, la marque enregistre la vente d’un produit Pat McGrath toutes les 40 secondes.

En juin 2019, face à des fans déchaînés, Pat McGrath a dévoilé sa toute première gamme en 36 teintes.

En juillet 2018, Pat McGrath Labs était évalué à 1 milliard de dollars à la suite d’un investissement de 60 millions de dollars de la société d’investissement new-yorkaise Eurazeo Brands, devenue actionnaire minoritaire. Incroyable pour une entreprise qui a été lancée en 2015 avec un seul produit. « La marque révolutionnaire Pat, née à Northampton est basée sur le concept novateur de «tout droit sorti du laboratoire» et permet de nouvelles découvertes en matière de beauté en quantités limitées. Depuis son lancement, Pat McGrath Labs a enregistré plus de 25 milliards d’impressions dans les médias, vu que ses produits ont été vendus en quelques minutes et a défini les tendances à suivre. »

Pat McGrath conçoit les looks de maquillage pour d’innombrables défilés de marque , des campagnes publicitaires révolutionnaires et des pages éditoriales pour les maisons de mode et les médias les plus prestigieux. CNN a nommé Pat «l’une des personnalités les plus influentes de la mode», tandis que le magazine Ebony l’avait désignée «la personne la plus puissante de la mode».

Elle est également apparue sur Desert Island Discs où elle a parlé de sa mère inspirante et de la diversité de l’industrie de la beauté.

  1. Michael Sherman – Chief Strategy and Transformation Officer, British Télécom(BT)

Spécialiste des technologies des télécommunications, des médias numériques et informatiques et du conseil en capital-investissement, Michael Sherman a été nommé au poste nouvellement créé de responsable en chef de la stratégie et de la transformation de BT en 2018.

Il relève directement du directeur général du géant des télécommunications, Gavin Patterson, chargé de développer et de piloter la stratégie, l’expérience client et les programmes de transformation de la société.

Cela signifie qu’il est le numéro deux de BT, ce qui fait de lui l’homme noir le plus haut placé au sein des entreprises britanniques. Michael Sherman est chargé d’aider à augmenter les revenus stagnants de l’entreprise, de recruter des talents spécialisés dans les technologies et les logiciels innovants, un objectif clé, car le secteur tente de relever les défis face à WhatsApp et Facebook.

Michael Sherman travaillait auparavant au sein de la société de conseil en gestion et stratégie commerciale Boston Consulting Group, basée à Dallas, au Texas. Il a passé 11 ans dans cette entreprise, atteignant le rang de partenaire et de directeur général et dirigeant ses activités dans les domaines de la technologie, des médias et des télécommunications aux États-Unis. Auparavant,il était vice-président exécutif de l’entreprise de logiciels d’entreprise Viewlocity.

Il est titulaire d’un B.Sc. en informatique et en génie électrique de l’université Duke et d’un MBA de la Duke’s Fuqua School of Business.

Michael Sherman a relevé le défi personnel de faire en sorte que BT devienne une entreprise plus diversifiée sur le plan ethnique. Il s’attache particulièrement à recruter des hommes et des femmes talentueux d’origine africaine et afro-caribéenne s aux postes de direction de BT.

Michael Sherman a siégé à plusieurs conseils d’administration et conseils à but non lucratif, y compris le conseil consultatif des entreprises de la banque fédérale de réserve du district 11 de Dallas. En 2016, il a été reconnu par le magazine Savoy comme l’un des 100 meilleurs Noirs les plus influents des entreprises américaines.

Également en 2016, Michael Sherman a été reconnu par le Financial Times et UPStanding comme l’un des 100 meilleurs dirigeants aux États-Unis et au Royaume-Uni, luttant contre la discrimination et défendant la diversité ethnique et l’intégration sur le lieu de travail.

4. Jacky Wright : Chief Digital Officer Microsoft

Après avoir passé deux ans en tant que responsable des technologies numériques et de l’information pour HMRC, détaché par Microsoft en octobre 2019, Jacky Wright a rejoint le géant de la technologie basé à Seattle dans un nouveau rôle de responsable des technologies numériques. Elle rapportera directement au PDG de Microsoft, Satya Nadella.

Her Majesty’s Revenue and Customs (HRMC) est un département non ministériel du gouvernement du Royaume-Uni principalement responsable de la collecte des taxes et du paiement de certains services fournis par l’État, ainsi que des cotisations à la sécurité sociale britannique

Au cours de son séjour au HMRC, Jacky Wright était responsable de l’ensemble des technologies permettant l’une des plus grandes transformations numériques possibles en Europe. Elle était également responsable des décisions technologiques qui sous-tendaient les plans de sortie du HMRC de l’UE.

Jacky Wight a radicalement changé l’expérience des employés de HMRC, en introduisant de nouvelles technologies pour permettre le travail collaboratif en ligne et a changé la manière dont les employés interagissent en introduisant la vidéo et la messagerie.

Lauréat 2018 de la personnalité la plus influente d’UKtech50 au Royaume-Uni, l’influence et les intérêts de Jacky Wright s’étendent également à la promotion de la transformation numérique des services publics au sens le plus large, ainsi que d’un certain nombre de questions sociales.

Jacky Wight est la marraine du Public Services Board (PSB) de techUK, qui aide le secteur britannique des technologies à collaborer avec l’ensemble des pouvoirs publics, permettant ainsi de fournir des services publics abordables et de niveau mondial au profit de tous.

Jacky Wright siège à divers conseils d’administration, notamment à la City (Quartier financier de Londres), l’université de Londres, l’Institute of Coding et YearUp, et s’emploie à promouvoir l’accès à l’éducation pour tous, tout en utilisant ses différents postes pour promouvoir l’égalité des chances.

Elle est titulaire d’un doctorat honorifique de l’université Aston.

  1. Stormzy (Ghana) – Artiste

Décrit comme la «voix du peuple», Michael Omari a commencé à faire du rap à l’âge de 11 ans et s’est tourné vers la musique à plein temps après avoir travaillé dans l’assurance qualité dans une raffinerie de pétrole à Southampton.

Attirant initialement l’attention sur la scène underground de Grime (genre musical), il a ensuite remporté le Best Grime Act aux MOBO Awards, puis est devenu le premier rappeur non signé à apparaître dans Later avec Jools Holland. Il a été présentateur de l’émission Top Five sur Radio 1 de la BBC et est le premier freestyler à atteindre le top 40.

La chanson la plus réussie de Stormzy à ce jour est Shut Up, disque de platine, qui a été initialement publié en tant que free libre sur YouTube. Lors de sa sortie officielle, il est arrivé huitième dans le hit-parade britannique.

En août 2018, il a lancé une bourse pour que les étudiants noirs puissent étudier à l’Université de Cambridge. Il financera les frais de scolarité et les subventions d’entretien pour un maximum de quatre ans.

Sa performance au Festival de Glastonbury en 2019 a été qualifiée d’historique et a permis d’accroître la réputation de la musique grime et de la culture britannique noire dans le monde. Il n’y a pas si longtemps, la grime était un genre underground que l’on connaissait peu en dehors de Londres.

Les critiques de Stormzy à l’égard de Boris Johnson sont aussi connus. Son mantra «Chuck Boris» s’est même retrouvé à la Chambre des communes lorsque la députée travailliste Dawn Butler a utilisé cette expression pour titiller les bancs des conservateurs.

  1. Edward Enninful, OBE (Ghana) – Rédacteur en chef de Vogue UK

Roi de l’industrie de la mode britannique, Edward Enninful a transformé le Vogue britannique en un magazine moderne. Quand il a été nommé rédacteur Vogue UK, il est devenu le premier homme et le premier noir à occuper ce poste en 101 ans.

Avec près de 1 million d’abonnés sur Instagram, Edward Enninful est réputé pour avoir apporté de la diversité à l’édition britannique de Vogue.

Il a mis en couverture Rihanna et Oprah Winfrey. En 2019, il a mis en couverture la duchesse de Sussex, Meghan Markle, dans le prestigieux numéro de septembre. Naomi Campbell a qualifié d ‘ »exceptionnel » ce qu’Edward Enninful réalise depuis qu’il est rédacteur en chef de Vogue UK.

Il figure dans le Business of Fashion (BOF) parmi les 500 personnalités les plus influentes du secteur de la mode dans le monde. En plus de ses couvertures audacieuses, Edward Enninful a persuadé la famille Beckham de paraître ensemble pour la première fois dans un magazine. Né au Ghana d’une mère couturière, Edward et sa famille ont déménagé à Ladbroke Grove, dans l’ouest de Londres, quand il était jeune. Il a fait son entrée dans le monde de la mode à 16 ans, repéré dans un train par le styliste Smon Foxton. L’année suivante, il travaillait comme assistant de Beth Summers, directrice du magazine britannique de mode I-D. Il a été nommé directeur du magazine à l’âge de 18 ans, faisant de lui le plus jeune directeur au monde d’une publication internationale. Il a occupé le poste pendant plus de 20 ans .

Photo  Lexi Jones/WENN.com

Il a obtenu son diplôme à la Goldsmiths University de Londres tout en jonglant avec la mode et en participant à des tournages.

En 1998, il est devenu l’un des rédacteurs en chef de Vogue Italie. Là-bas, il a produit le révolutionnaire « Black Issue » qui ne présentait que des modèles noirs, dont Naomi Campbell, Jourdan Dunn et Alek Wek. Le succès fut tel que l’éditeur, Condé Nast, dut imprimer 40 000 exemplaires supplémentaires.

En 2014, Edward Enninful a remporté le prestigieux prix Isabella Blow Award pour le créateur de mode aux British Fashion Awards et le prix Clio Excellence in Commercial Styling en 2015. En 2016, il a reçu un OBE (Ordre de l’empire britannique).

7. Ebele Okobi (Nigeria), Directrice des politiques publiques pour l’Afrique, le Moyen-Orient et la Turquie, Facebook

Autrefois qualifiée de «secrétaire d’État de Facebook» pour le continent africain, le titre officiel de l’avocate Ebele Okobi inclut désormais le Moyen-Orient et la Turquie.

Basée à Londres, elle passe le plus clair de son temps à naviguer entre le RoyaumeUni et les pays des régions dont elle est en charge. Quand la République démocratique du Congo a arrêté Internet pendant les manifestations politiques de 2016, Ebele Okobi s’est rendue à Kinshasa pour convaincre les autorités de l’importance de l’accès à Internet. Quand le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, s’est rendu en Afrique pour la première fois, c’est Ebele Okobi qui se tenait à ses côtés, ainsi que le président nigérian, Muhammadu Buhari.

La promotion d’Ebele Okobi signifie que son équipe a triplé de taille depuis octobre. Elle a passé toute sa carrière à se battre pour la liberté sur Internet et la vie privée en ligne. Auparavant, elle était «  founding Global Head » et directrice juridique principale des droits de l’homme chez Yahoo, où elle a dirigé les efforts mondiaux visant à traiter les questions juridiques et les politiques liées à la vie privée, à la liberté d’expression et à l’accès.

Bien avant, elle a été avocate auprès de Davis Polk & Wardwell à New York, Paris et Londres ;avocate de la politique des droits des consommateurs au Consumers Union à San Francisco; directrice principale chez Catalyst dans la Silicon Valley et à Amsterdam; Responsable marketing au siège de Nike dans la région EMEA, où elle a créé la stratégie de marketing, de responsabilité d’entreprise et de développement commercial pour l’Afrique subsaharienne.

En 2001, elle a pris un congé sabbatique pour être volontaire au sein des organisations de défense des droits humains aux États-Unis et au Sénégal.

  1. Paulette Rowe – Responsable mondial, Partenariats paiements et services financiers, Facebook.

Après une brillante carrière dans le secteur bancaire chez Barclays, Paulette a apporté son expertise considérable en matière de paiement et de services financiers à un nouveau poste de direction chez Facebook. En 2018, Paulette a été nommée responsable mondiale des partenariats pour les paiements et les services financiers sur Facebook, après cinq ans à la tête de Barclaycard, le deuxième plus grand processeur de paiement en Europe.

Paulette Rowe est déjà l’une des femmes les plus influentes du monde de la technologie et sa réputation est appelée à grandir, Facebook étant censé lancer sa propre crypto-monnaie. Bien que la tâche de développer la nouvelle monnaie ne relève pas directement de ses attributions, il est presque inconcevable, compte tenu de son rôle, qu’elle n’ait aucune influence sur la façon dont les choses se déroulent lorsque Facebook crée de nouvelles propositions de commerce et de paiement à travers ses applications, y compris Instagram et WhatsApp.

Pendant le mandat de Paulette Rowe chez Barclays, le groupe a comblé son écart avec le leader britannique Worldpay, s’est étendu aux États-Unis et s’est ouvert à de nouveaux segments de marché, notamment l’acquisition réussie de la société de fintech The Logic Group.

En 2017, Paulette Rowe a ajouté à sa liste de réalisations une transformation informatique pluriannuelle de plusieurs millions de livres. Première dans l’industrie du paiement à réussir cette migration complexe, elle a travaillé avec certains des plus grands noms du secteur, notamment John Lewis Partnership, Sainsbury’s, McDonald’s et Transport for London.

Paulette a quitté son poste de présidente du conseil d’administration du Fonds du maire pour London pour relever un nouveau défi en tant que directrice non exécutive de FTSE (Financial Times Stock Exchange) 100 Plc United Utilities, indice boursier des cent entreprises britanniques les mieux capitalisées cotées à la bourse de Londres.

Malgré sa charge de travail intense, Paulette Rowe soutient plusieurs initiatives caritatives. Elle a siégé au conseil d’administration du Prince’s Youth Business Trust dans les West Midlands et a été administratrice de Community Service Volunteers.

Parmi ses nombreuses distinctions, elle a été inscrite sur la liste des personnalités les plus influentes parmi les leaders d’opinion des services financiers européens dans le cadre du Digital Banking Club, et figure parmi les femmes les plus influentes de Payments Source.

  1. Lynette Yiadom-Boakye (Ghana) – Artiste

Les demandes pour les œuvres de l’artiste Lynette n’ont montré aucun signe de ralentissement en 2019. Lors d’une vente aux enchères qui a eu lieu en juin 2019 à la prestigieuse maison Phillips, le portrait grandeur nature d’un homme debout appelé « Leave a Brick Under the Maple » a été vendu 795 000 livres sterling, soit le double de son estimation la plus élevée.

Une rétrospective de son travail aura lieu à la Tate Britain en 2020. Elle a récemment exposé neuf œuvres au pavillon du Ghana à la Biennale de Venise en 2019. Certaines œuvres de Lynette Yiadom-Boakye seront exposées au Musée national du Ghana à Accra après la Biennale.

En novembre 2018, Lynette Yiadom-Boakye a été nommée lauréate de l’un des prix les plus anciens et les plus prestigieux du monde de l’art, le Carnegie International Top Prize. Les gagnants du prix, qui a été décerné pour la première fois en 1896 avec 10 000 $, reçoivent également une médaille conçue par Tiffany & Co.

En 2013, Lynette Yiadom-Boakye a été sélectionnée pour le Turner Prize et en 2015, elle a organisé son premier grand spectacle londonien à la Serpentine Gallery. Elle est de plus en plus recherchée par les collectionneurs, ses œuvres étant exposées dans des galeries publiques telles que la Tate, le Miami Art Museum, le Museum of Contemporary Art de Chicago et le V & A.

En octobre 2015, une peinture à l’huile de Lynette Yiadom-Boakye dépassait de loin les attentes de la vente aux enchères de Christie’s avant la vente. « Knave » devait être vendu entre 91 620 et 122 160 dollars, mais est passé à 690 736 dollars, soit cinq fois plus que l’estimation.

Acclamée dans le monde entier, elle a organisé, en 2017, une exposition personnelle à la Kunsthalle Basel, en Suisse. L’exposition de Lynette, Under Song for a Cipher, a été présentée au New Museum for Contemporary Art de New York de mai à septembre 2017.

L’année dernière,lors de la vente aux enchères de tableaux de Sotheby’s, New York, son travail figurait dans le lot qui comprenait Past Times de Kerry James Marshall, acheté par P Diddy pour 21,1 millions de dollars, le montant le plus élevé rapporté par un artiste afro-américain vivant. Le réalisateur et rappeur Swizz Beats a acheté An Assistance of Amber de Lynette Yiadom-Boakye pour 555 000 $.

Avec des influences allant de Manet à Degas, elle crée ses personnages à partir de sources composites – magazines, connaissances, photographies – créant ainsi des personnages ambigus, perturbant d’une manière ou d’une autre le sentiment de soi.

La conservatrice du New Museum, Natalie Bell, salue Lynette Yiadom-Boakye comme «une artiste extrêmement prolifique» dont les œuvres sont «intemporelles mais opportunes, nous rappelant l’importance du portrait noir aujourd’hui».

  1. Richard Iferenta – Associé, responsable des services de fiscalité et des services financiers de KPMG, Royaume-Uni

Richard Iferenta est chargé de veiller à ce que les nouvelles banques soient en mesure de tirer parti de l’expertise plus large que KPMG déploie au sein de son vaste groupe de services financiers. Il dirige le groupe de travail Challenger Banking de KPMG UK et son groupe de travail sur la fiscalité indirecte dans les services financiers au Royaume-Uni et préside le réseau mondial de fiscalité indirecte du groupe dans les services financiers.

Richard Iferenta est le principal contact entre sa société et des organisations telles que HMRC, HM Treasury et la Commission européenne.

Considéré comme l’un des plus grands experts du Royaume-Uni, il est consulté sur diverses questions clés ayant une incidence sur le secteur des services financiers, ainsi que sur les projets de législation et les changements de politique. Avocat et conseiller fiscal agréé, Richard Iferenta est un expert dans un certain nombre de domaines, notamment l’organisation financière, la stratégie financière, la gestion financière et la réforme de la réglementation financière.

En 2017, Richard Iferenta a mis en place le réseau KPMG Black Leaders, visant à créer une communauté de dirigeants africains et afro-caribéens dans divers secteurs, centrés sur le partage d’expériences et le soutien mutuel.

Par son rôle de sponsor partenaire du réseau Afrique / Caraïbes de KPMG, Richard Iferenta s’emploie à améliorer l’inclusion des employés d’origine africaine et africaine des Caraïbes dans la société. Il est également un mentor passionné et un coach pour les futurs gestionnaires de « Black asian minority ethnic (BAME) network et un membre du conseil d’égalité des races dans la communauté, qui cherche à mettre en lumière et à résoudre de manière stratégique les problèmes rencontrés par les professionnels de BAME.

Richard Iferenta préside également le Race leadership Team pour les affaires dans la communauté. À ce titre, il a piloté un certain nombre d’initiatives majeures qui ont abouti aux cinq piliers de la Charte de la Race, ainsi qu’à la définition d’objectifs pour le recrutement et la progression des employés de BAME dans différents grades.

Ceci est maintenant défendu par le gouvernement et a abouti à la nomination de Karen Blackett OBE en tant que tsar de la Race.

Richard Iferenta en est membre du conseil de direction.

Patrick Ndungidi